Nouveauté
Couverture Stradivarius
Couverture Stradivarius
Couverture Stradivarius
Jean-Philippe Échard

Stradivarius et la lutherie de Crémone

Collection : Musée de la musique
Date de parution : avril 2022
39,00 €

Présentation

Les stradivarius — violons réalisés par le luthier Antonio Stradivari entre 1666 et 1737 — font l’objet d’une fascination durable et cette aura a depuis longtemps dépassé le strict champ musical. Comment ces instruments, façonnés à Crémone au milieu du XVIe siècle, sont-ils devenus les compagnons de prédilection des plus grands violonistes ?
En retraçant l’histoire du violon italien sur quatre siècles, l’ouvrage éclaire le développement du « mythe Stradivarius » et les raisons de sa renommée. Il s’appuie sur la collection nationale française conservée au Musée de la musique, qui constitue un corpus de sources historiques de première importance pour l’histoire de la lutherie crémonaise.

Table des matières

AUX SOURCES DU MYTHE

 

LA DYNASTIE AMATI, FONDATRICE DE LA LUTHERIE CRÉMONAISE

Ténor de violon, Andrea Amati, av. 1568

Basse de violon, Andrea Amati, 1572

Violon, Niccolò Amati, 1639

 

LA CASA STRADIVARI, UN ATELIER EXEMPLAIRE

Moule interne pour violoncelle, Antonio Stradivari, apr. 1720

Moule interne pour violoncelle piccolo (?), Antonio Stradivari

Guitare dite la « Vuillaume », Antonio Stradivari, c. 1680

Moules internes pour guitares, Antonio Stradivari

Moule interne pour basse de viole, Antonio Stradivari

Chevillier de viole d’amour, Antonio Stradivari, premier quart du xviiie siècle

Cistre, Girolamo Virchi, Brescia, c. 1570

 

LES LUTHIERS DE CRÉMONE

Violon, attribué à l’atelier Rugeri, fin du xviie siècle

Violoncelle, Pietro Guarneri dit « de Venise », Venis, 1734

Viole d’amour, Lorenzo Storioni, 1786

 

 LES MEILLEURS VIOLONS D’EUROPE ?

Violon dit le « Alard », Bartolomeo Giuseppe Guarneri dit « del Gesù », 1742

 

À SES GRANDS HOMMES, LA LUTHERIE RECONNAISSANTE

Violon dit le « Provigny », Antonio Stradivari, 1716

Pochette dite la « Clapisson », Antonio Stradivari, 1717 (?)

 

DES INSTRUMENTS DE CHOIX POUR LES VIRTUOSES DU XIXe SIÈCLE

Cordier d’origine du violon dit le « Lady Blunt », Antonio Stradivari, 1721

Violon dit le « Sarasate », Antonio Stradivari, 1724

Violon dit le « Tua », Antonio Stradivari, 1708

 

LES VALEURS D’UN VIOLON DE CRÉMONE

Violon dit le « Davidoff », Antonio Stradivari, 1708

Violon dit le « Queux de Saint-Hilaire », Antonio Stradivari, c. 1692

Violon dit le « Monnot », Antonio Stradivari (?), 1729

 

DES SOURCES POUR L’HISTOIRE

Interroger les étiquettes

Mesurer les instruments, identifier des formes

Dater le bois des tables d’harmonie

Identifier les bois des filets et leur teinture

Analyser les vernis

Révéler les inscriptions à l’encre et les emblèmes peints

Reconstituer les montages d’origine

 

ANNEXES

Notices

Fonds consultés

Bibliographie

Discographie

Expositions

Index des personnes

Index des instruments dotés d’un surnom

Lexique

Table des illustrations

Remerciements

Auteur(s)

Jean-Philippe Échard est conservateur en charge de la collection d’instruments à archets du Musée de la musique. Ingénieur et docteur en chimie, auteur de nombreuses contributions scientifiques, ses travaux sur les matériaux et techniques de vernissage des luthiers des XVIe-XVIIIe siècles sont internationalement reconnus. Ses recherches actuelles en organologie (histoire des instruments de musique et des luthiers) s’inscrivent au sein de l’histoire culturelle, sociale, économique, matérielle et technique.

Liseuse

Informations

Format : Relié
Poids : 1.4 kg
Dimensions : 22 x 28
Illustrations : 150
Pagination : 256 pages
ISBN : 979-10-94642-48-1

Autour du livre

Vous aimerez aussi